23 – Lutte contre la corruption

JUSTICE ET SÉCURITÉ

 

Corruption et conflits d’intérêts minent la démocratie

La corruption est l’un des cancers les plus violents de la démocratie. Le conflit d’intérêts semble devenu quasi consubstantiel au système. La corruption ou le trafic d’influence, c’est-à-dire le financement d’une autorité chargée de prendre une décision, sévit sur des marchés publics truqués De manière plus banale, clientélisme, passe-droits et financement illicite des campagnes électorales minent la démocratie.

Le pouvoir de l’argent est excessif

Non limité et peu régulé, le pouvoir de l’argent laisse libre cours à la cupidité des individus et aux manœuvres de grands intérêts privés, qui cherchent à infléchir des décisions publiques et à influencer des élus.

Mesure 23 – Lutte contre la corruption Exprimez-vous !Votez - Argumentez

Les biens acquis par la criminalité organisée, la corruption, les détournements de fonds et les abus de biens sociaux seront confisqués pour les transformer en biens publics mutualisés, en s’inspirant d’initiatives italiennes.

La transparence de la sphère publique et des liens qu’elle entretient avec les grands donneurs d’ordre privés est le point de départ de nouvelles règles. La répression et la pénalisation renforcée des infractions sont ensuite indispensables. Le système de prise de décision doit lui aussi être révisé, afin d’assurer la représentation de la société civile à tous les stades, de l’expertise à la décision finale.